La tentation hollandaise d'une ligne TSV : "Tout sauf Valls"

Depuis la déclaration de candidature de Manuel Valls, les fidèles de François Hollande évitent soigneusement de l’adouber. “Je vais réfléchir” ou “Je vais prendre du temps” répondent-ils en choeur, a minima. Certains se prononcent même pour une ligne “Tout sauf Valls”.

Je vais prendre le temps de la réflexion“. Quand on évoque un éventuel soutien à la candidature de Manuel Valls ces derniers jours, la réponse du dernier carré des fidèles de François Hollande est invariable. Dernier exemple ce mercredi 7 décembre : invité de RTL, François Rebsamen se garde bien d’adouber son ancien rival pour la place Beauvau. “Sur le programme, lors de la primaire de 2011, il avait un programme très social-libéral auquel j’étais opposé“, préfère rappeler le maire de Dijon (Côte-d’Or). Avant d’expliquer qu’il pourrait soutenir Emmanuel Macron si celui-ci participait à la primaire de la gauche…

Avant lui, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, hollandais parmi les hollandais, a lui aussi préféré temporiser. “J’ai dit que je prendrais du temps, et un peu de recul, a-t-il déclaré sur France Info ce lundi 5 décembre. Les trois semaines de déstabilisation de François Hollande par Manuel Valls et son entourage ont sans nul doute laissé des traces. “Valls a trahi“, constatait amèrement ce vendredi 2 décembre auprès de Marianne l’ami proche du chef de l’Etat Dominique Villemot, clamant tout haut ce que tout le monde pense tout bas dans l’entourage du président.

“Je vais prendre le temps de réfléchir”

L’avocat souhaite clairement la défaite de l’ancien Premier ministre, ouvrant la voie à une ligne TSV (“Tout sauf Valls”), redoutée par l’intéressé. Il a annoncé ce mardi rejoindre Emmanuel Macron, comme Jean-Pierre Mignard, un autre avocat, intime du président. Sans s’avancer autant, certains proches de François Hollande pourraient regarder d’un oeil bienveillant la formation d’un front TSV. “Tous les hollandais ne rejoindront pas Macron, mais certains sont tentés de ne pas s’impliquer dans la primaire pour se venger de la trahison de Valls“, croit savoir un cadre socialiste.

Certains hollandais ont toutefois la rancune moins tenace que d’autres. Ainsi du patron des sénateur PS Didider Guillaume, pressenti pour devenir le directeur de campagne de Manuel Valls. La plupart préfèrent pour l’heure jouer la prudence. Comme François Rebsamen, qui reconnaît une tentative d’empêchement du président de la République :Oui, il y avait une pression, depuis 3 semaines…”  tout en la comprenant : “Mais la politique, c’est aussi ça!“. De la même façon, le nouveau ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux, interrogé par Marianne avant sa nomination ce samedi 3 décembre, botte en touche : “J’essaye de ne pas avoir de rancoeur en politique“. Avant d’ajouter malicieusement : Mais je vais prendre le temps de réfléchir, pendant quelques jours, voire quelques semaines !” Voire jusqu’à la fin de la primaire ?

Powered by WPeMatico

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply