Jean-Vincent Placé, "plus vallsiste que Manuel Valls"

Jean-Vincent Placé, secrétaire d’Etat à la Réforme de l’État et à la Simplification, ancien pillier d’Europe Écologie-Les Verts, a fait ce matin sur Europe 1 une belle démonstration de ses talents de courtisan, rendant un vibrant hommage à Manuel Valls.

C’est un vibrant hommage… ou une belle leçon de flagornerie ! Invité ce matin sur Europe 1, Jean-Vincent Placé, secrétaire d’État à la Réforme de l’État et à la Simplification, est venu dire quelques mots de Manuel Valls. Et quels mots ! Si l’ancien Premier ministre était devant son poste de radio, il a dû en rougir.

Interrogé sur la capacité du candidat Valls à réconcilier les gauches et les écologistes, Placé lui a déroulé le tapis rouge, tout en précisant au préalable qu’il ne voulait pas paraître comme plus vallsiste que Manuel Valls”

“Son intervention d’hier (…) m’a fait forte impression. Déterminé, volontaire, clair, solidaire, de gauche, thématique écologiste, transition énergétique… C’était un discours très construit, sincère et très global. Et je suis très convaincu par son discours.” 

Il faut dire que, depuis qu’il a réussi à rejoindre le gouvernement à la faveur du remaniement de février, l’ancien sénateur n’a jamais de mots assez forts pour prouver son soutien à la politique gouvernementale, quitte à renier ses prises de position passées.

Placé l’écologiste, tellement amouraché, ne soutiendra donc pas lors de la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP) un candidat écolo. Une contradiction qui ne gêne pas l’intéressé :

“Moi, je suis pour une forme, tout à la fois de transparence et d’efficacité. Ça fait très longtemps que je pense que le candidat, quels que soient ses mérites – parce qu’il est plutôt sympathique le candidat des verts – on voit bien la faible audience qu’il a. Donc à partir de ce moment-là, il faut en tirer les conséquences.”

Une position que ne partage pas une autre écolo du gouvernement puisque Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la biodiversité, soutient, pour sa part, Fançois de Rugy. Son ancien co-président du groupe EELV à l’Assemblée a été le premier écolo à partir du mouvement et il s’est porté candidat à la primaire de la BAP. 

En soutenant Valls, Jean-Vincent préfère de son côté la jouer Placé.

Powered by WPeMatico

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply