Primaire à gauche : un site Internet pour dire chiche !

En dépit des mines consternées affichées par les proches de François Hollande, l’idée d’une primaire de la gauche pour 2017 continue de faire son chemin. Ce dimanche, le “JDD” dévoile le lancement d’une initiative militante destinée à la concrétiser.

Primaire à gauche, acte I, scène 2. A la suite de l’appel publié le 10 janvier par une quarantaine de personnalités réclamant que le candidat de la gauche en 2017 soit désigné par une primaire, l’intendance suit : dans son édition du jour, le Journal du dimanche annonce le lancement d’un “comité d’organisation de la primaire de gauche”. L’idée : après les déclarations d’intention, offrir à cette ambition les moyens d’exister concrètement.

À l’initiative de 500 militants venant de tous horizons — syndicats, associations, partis politiques —, le dispositif affirme vouloir “créer une alternative politique et changer les règles du jeu”. Et lance un site web dédié, primairedegauche.fr, qui affiche trois objectifs : réunir des fonds, agréger les soutiens et enfin, désigner le candidat de la gauche pour 2017. Le collectif, qui compte notamment dans ses rangs l’ex-patron de la com’ de Jean-Luc Mélenchon en 2012, Arnaud Champremier-Trigano, ou la militante féministe Caroline de Haas, sait que la route est longue. Et chère : il faudra réunir environ 500.000 euros, créer des comités locaux un peu partout en France et, bien sûr, organiser le scrutin, annoncé pour l’automne 2016.

Selon l’hebdomadaire, Cécile Duflot a déjà donné son accord pour en être. Les communistes sont favorables à l’idée. Occupés à humer l’ambiance de cette singulière initiative, les Montebourg, Mélenchon — pas très chaud de prime abord — et frondeurs socialistes attendent de voir comment le vent tourne…

Les traditions se perdent

Quelles que soient les divergences d’approche, un homme est dans le viseur de tout ce beau monde : François Hollande. Organiser une primaire à gauche quand le Président en exercice est socialiste ressemble fort à un crime de lèse-majesté. Et brise une tradition bien ancrée dans la vie politique française : le sortant est intouchable. “Il n’est pas écrit dans la Constitution que le président sortant doit automatiquement se représenter. En vertu de quoi un président qui n’a pas un bon mandat devrait se représenter ? Quand on entend qu’il est le candidat naturel, ça veut dire quoi ? Ça ne veut rien dire”, assénait encore Julien Bayou, porte-parole d’EELV, sur France Info le 18 janvier.

L’initiative d’une primaire à gauche gêne le Parti socialiste aux entournures. Pour ne pas donner l’impression de considérer François Hollande comme la seule et unique candidature possible pour 2017, Solférino fait mine de jouer le jeu de la primaire. Mais pose deux préalables : que toute la gauche s’y soumette et donne l’assurance qu’aucune autre candidature n’émergera ensuite. Un piège pour Jean-Luc Mélenchon, notamment. Mais il va bien falloir que tout ce beau monde se décide : avec primairedegauche.fr, le défi se concrétise.

Powered by WPeMatico

This Post Has 0 Comments

Leave A Reply